La semaine dernière dans la capitale, nous faisions « Tchin-Tchin » avec Pumpkin & Vin’s Da Cuero pour fêter la sortie de leur nouvel EP le 18 novembre. Parfaitement ajustée entre boom bap et poésie, leur formule Chimiq fait pétiller nos oreilles.

Forts de leurs destins liés, nul doute que Pumpkin & Vin’S Da Cuero étaient faits pour se rencontrer. Dix ans après leur première collaboration sur L’Année en Décembre, le premier album de la rappeuse, ils sont de retour avec un nouvel EP, Chimiq. Entre temps, le duo nouvellement nantais a grandi, exploré et s’est épanoui au point d’être aujourd’hui parfaitement synchrone. Mais la science n’a rien à voir là dedans : le secret de leur alchimie réside surtout dans leur complicité artistique, émotionnelle et leur amour du travail bien fait.

Bonjour à tous les deux. Ça y est, on y est ! Un an et demi après votre dernier projet Peinture Fraîche, votre EP Chimiq est sorti. Un mélange de pression et d’excitation je suppose ?

Vin’s Da Cuero : Comme tu dis, il y a toujours une certaine appréhension. Tu te demandes comment le public, aussi bien les nouveaux que nos fans très proches vont percevoir le projet. Cela dit, on a pas tant de pression que ça puisque le single « Chimiq » a été très bien accueilli. Pour ce qui est de l’excitation, évidemment que tu es toujours content qu’un nouveau projet sorte. On a vraiment hâte que les gens découvrent les morceaux et les visuels. Après ce sentiment se développe graduellement avec la promotion qui commence avant la sortie et qui va continuer au fur et à mesure.

Pumpkin : La sortie ça fait quelque chose, mais ce n’est pas un grand événement. C’est différent d’un accouchement où tu accouches et paf ! Le bébé est là. Je veux dire par là que comme ça fait des mois qu’on travaille dessus et que tout est planifié, on s’y attend. Comme l’a dit Vin’s, c’est juste une étape d’un long processus. D’autant qu’en plus de la promo, on travaille sur l’album qui va arriver. C’est vraiment des cycles qui se chevauchent et quand on a la tête dans le guidon, on a pas forcément le temps de réaliser ce que ça représente. C’est donc à nous de faire l’effort de marquer le coup. C’est pour ça d’ailleurs qu’on a organisé cette soirée de lancement : pour symboliser la sortie et de profiter un maximum de ce moment de partage. L’excitation se mêle à d’autres choses, c’est paradoxal et assez étrange comme sensation.

Notre complicité dans la vie nous a beaucoup aidé a trouvé un bon équilibre artistique.

A l’écoute de l’EP, on vous sent plus fusionnels que jamais aussi bien émotionnellement qu’artistiquement. C’est le cas ?

Vin’s Da Cuero : Sur ce projet, on a vraiment essayé de pousser le délire bien plus loin qu’avant. On a pris notre temps pour que tout soit parfait, les productions, les couplets, les enregistrements etc. Peut-être que ce côté plus fusionnel se ressent grâce au fait qu’on se soit mutuellement beaucoup plus impliqué dans le travail de l’autre. Les morceaux sont clairement plus complets et plus aboutis, donc on ressent forcément plus cette cohésion.

Pumpkin : En fait, on a toujours fait de notre mieux et on a toujours poussé les choses plus loin. C’est juste qu’au fil du temps, on évolue, on avance on apprend, on s’améliore. Nécessairement, notre potentiel dans chaque projet est meilleur. Ça fait des années qu’on est ensemble dans la vie et qu’on fait de la musique à deux et je pense que chacun d’entre nous a trouvé sa place dans le couple. Notre complicité dans la vie nous a beaucoup aidé a trouvé un bon équilibre artistique. On a appris à se connaître et je pense effectivement qu’avec ce projet-là et celui qui arrive, on a réussi à trouver une formule qui marche, et à acquérir une certaine confiance en nous. C’est vraiment devenu naturel et ça se ressent dans notre musique.

pumpkin-vins-da-cuero-2-bastien-burger

Crédit photo : Bastien Burger

« Chimiq » est l’un des clips les plus drôles qu’on ait eu à tourner.

Ce côté fusionnel, on le retrouve aussi physiquement dans le clip sensuel du single éponyme. C’est pas étrange de tourner à moitié nu devant une équipe ?

Vin’s :Pour le coup, il n’y avait que les deux réalisateurs avec nous. C’est chelou oui et non parce que ce n’est que de la mise en scène. On était pas dans le quotidien où quelqu’un vient nous filmer comme dans la télé-réalité. C’est plus amusant qu’autre chose. Entre chaque prise, on était vraiment morts de rire et y’avait pas ce côté bizarre et intimiste pour moi. Après, c’est vrai que les gens ont été un peu surpris, parce que même si on ne cache pas le fait que l’on soit ensemble, c’est quelque chose qui est assez rare dans le rap et qu’on avait pas exploré jusqu’à maintenant.

Pumpkin :  Du fait que ce soit de la mise en scène, on aurait pu le faire même en n’étant pas en couple. Cela dit, c’était plus facile et plus naturel dans notre cas. Mais pour répondre à la question, il y a quand même des moments du tournage que j’ai trouvé un peu bizarres. Quand tu es au lit avec trois mecs à moitié à poil, que tu bouges dans tous les sens et qu’on te dit « fais-ci, fais-ça, mets toi comme-ci ou comme ça », c’est bizarre. Mais avant tout c’était vraiment drôle, il y a des plans qu’on a coupé au montage, mais qu’on partagera sûrement un jour pour rigoler. On a aussi testé pleins de trucs ridicules. Je me disais, « mais qu’est ce qu’on est en train de faire »?

Vin’s : Il y avait aussi ce moment où on était sous la douche et qu’il y avait plus d’eau chaude ! (rires)

Pumpkin : Ah oui ! (rires) On a laissé coulé l’eau parce qu’on avait besoin de faire de la buée et à force d’attendre qu’elle se fasse, y’avait plus d’eau chaude. On s’est gelé, mais c’était super drôle ! On a fait ça avec une petite équipe, c’était très intimiste donc on était pas non plus hyper mal à l’aise. C’est même l’un des tournages les plus drôles qu’on ait faits.

Revenir à la base du hip-hop, avec des sonorités qui ne vieillissent pas, ça marche à tous les coups. C’est chaleureux et ça fait du bien !

Votre fer de lance, c’est le boom bap. Mais, à l’époque de Peinture Fraîche, on retrouvait en plus des sonorités 90’s, des ambiances très électro. Je vous cite, pour « ancrer votre univers dans son époque et sa modernité ». Avec Chimiq, on retrouve clairement un projet 100% boom bap, Pourquoi ce choix ?

Pumpkin : Pour le coup, je ne suis pas responsable de ce choix. Si je donne mon avis sur les productions, c’est vraiment Vin’s qui compose comme il le sens, de la même manière qu’il me laisse libre dans l’écriture. Après évidemment on trouve un juste milieu, mais je ne lui ai pas dit de ne pas faire d’electro sur ce projet.

Vin’s : Pumpkin me donne son avis sur les productions et moi je l’aiguille dans la manière de poser son flow, ça s’arrête là. Pour ce qui est des orientations de mes productions, c’était assez simple. Ça faisait des années que je recherchais ce mélange boom bap / electro et j’ai réussi à le maîtriser sur Peinture Fraîche. Juste après, j’ai eu une longue période où j’avais l’impression de tout le temps faire la même chose. C’est pour ça que pour Chimiq, je voulais vraiment proposer quelque chose de nouveau et ne pas reposer uniquement sur mes acquis. Ce style ne me convenait plus à ce moment-là. Je me suis vraiment remis à produire lorsque Grems m’a demandé un titre vraiment 100% boom bap. (qui deviendra le morceau « Chimiq » ndlr) J’ai repris tous mes vinyles et j’ai appliqué la formule de mes 20 ans, à savoir une addition de couches de samples. Ça m’a vraiment remotivé à refaire du son. L’EP a cette sonorité parce que je suis vraiment repartie dans cette démarche de m’éclater à aller chercher les samples qui iront bien ensemble. En ce moment, je m’amuse plus à ça.

En composant des productions boom bap, je sais que je suis capable de proposer de la qualité.

Le boom bap « pur », c’est vraiment ce qui te caractérise en ce moment donc.

Oui c’est ça. Par ailleurs, il y a beaucoup de producteurs de boom bap qui aujourd’hui sonnent plus electro avec des instrus orientées futur beat. 20syl par exemple le fait extrêmement bien et beaucoup font comme lui, mais en moins bien. En ce qui me concerne, je n’ai pas envie de faire pareil. Je sais le faire, mais ce n’est pas ma spécialité, même si j’aime bien en écouter. Par contre je sais qu’en boom bap, je suis capable de proposer de la qualité. C’est ma marque de fabrique, j’avais envie de garder mon identité.

Pumpkin : C’est chiant de rester sur ses acquis. C’est marrant parce qu’en tant qu’artiste, il est normal de vouloir explorer un maximum de pistes, tenter de nouvelles expériences, mais parfois revenir à la base, à des sonorités qui ne vieillissent pas, ça marche à tous les coups. C’est chaleureux et ça fait du bien !

Remixer un son en donne deux interprétations différentes et permet d’en faire une seconde lecture.

Depuis longtemps vous proposez des remix de vos morceaux. Même constat pour Chimiq qui contient trois morceaux originaux en face A et trois remix et face B. Quand on les compare, on trouve vraiment des ambiances radicalement différentes. C’est ce que vous cherchiez ?

Vin’s : C’est exactement ça ! Remixer un son en donne deux interprétations différentes et permet d’en faire une seconde lecture. C’est le cas pour cet EP pour lequel on a volontairement choisi d’aller voir des beatmakers avec des univers totalement différents du nôtre. Par exemple, le Scratch Bandits Crew qui a fait le remix de « Chimiq » sont dans un délire beaucoup plus trap, beaucoup plus actuel. On savait que proposer un son très boom bap à des mecs comme eux allait faire quelque chose de complètement différent. Pareil pour les autres beatmakers présents sur le projet. Neue Grafik vient de la Deep House tandis que Tagi sonne plus Détroit /Electro. Ça donne vraiment des secondes lectures et quand un remix est bien fait, t’as vraiment cette impression d’écouter deux titres différents, c’est une valeur ajoutée qui est vraiment gigantesque.

On entend vraiment la différence oui. J’ai même carrément eu l’impression que le flow de Pumpkin était différent entre les originaux et les remix !

Pumpkin : Et pourtant c’est la même piste ! Mais tu n’es pas fou, j’ai eu cette même impression aussi alors que c’est moi qui ai posé. Pour le single « Chimiq » par exemple, le remix est beaucoup plus sombre. On dirait vraiment deux voix différentes, alors pas du tout.

Et la suite arrive en 2017 ?

Pumpkin : Exactement, mais on ne peut pas en dire plus pour le moment. Tout ce qu’il faut savoir c’est que l’album s’inscrira dans la continuité de l’EP et de ce qu’on a fait avant, comme ce fut le cas entre Le Beau Temps et Peinture Fraîche. On garde le même objectif de qualité, en espérant que notre travail plaira au public.

Retrouvez la deuxième parie de l’interview ici.

Vous pouvez également acheter l’EP Chimiq sur le site de Mentalow Music.