Même s’il répond au doux titre de néo-prince du rap outre-Atlantique, sur YouTube, Kendrick Lamar est battu par K.O. par le titre « Tchikita » de Jul. Décryptage.

« Jul et Kendrick Lamar dans la même phrase, sérieusement ? » voilà le commentaire type qui promet déjà d’orner fièrement le dessous de cet article. La comparaison est évidemment infaisable, pour de multiples raisons. Pourtant, il existe bel et bien une comparaison cohérente entre les deux rappeurs. Evidemment, dénué de tout jugement qualitatif capable d’alimenter les théories foireuses qui polluent la sphère rap, cet artiste se base sur un constat. Un constat qui, aussi fou qu’il puisse paraître, se base sur des faits réels. Celui qui vous permettra de comprendre comment Jul, artiste francophone aux musiques légères peut supplanter Kendrick Lamar, artiste mondialement (re)connu, en termes de vues. Si vous êtes cardiaque ou rapologiquement froissable, merci de vous abstenir. Parce que oui, les hommes mentent mais pas les chiffres : JUL EST MEILLEUR QUE KENDRICK. Sur YouTube du moins, et en s’intéressant à deux titres, diamétralement opposés : « Tchikita » et « Alright ».

On l’appelle l’Ovni 

A droite, Jul, un artiste marseillais qui dompte d’un fouet paradoxal le rap game depuis quelques temps déjà. Pourquoi paradoxal ? Simplement parce qu’il explose les records de ventes et de vues tout en divisant le hip-hop comme personne. En témoigne son titre « Tchikita » qui s’élève à près de 156 millions de vues sur YouTube, soit près du double de la population française. Aucun clip, juste un visuel abstrait (le qualificatif est gentil) du signe Jul en flamme sur un fond noir. Et en six mois, le hit est devenu l’hymne officiel des chichas et autres T-max en Y ; une romance sur fond d’instrumentales hispaniques chantonnée par la douce voix autotunée du rappeur, qui pointe désormais au sommet des charts Youtube. L’artiste d’or et de platine est incontestablement l’ovni le plus incroyable que le rap francophone ait connu, voire de la musique française dans sa globalité. Et sincèrement, ça force au respect.

Dans l’ombre de Jul se trouve ainsi Kendrick Lamar.  A gauche, Kendrick Lamar, le prodige de Compton. Celui qui depuis Good Kid, M.a.a.d City s’est installé sur le trône du rap game, et qui sans nul doute, va viser toujours plus haut avec DAMN. sorti ce vendredi. Évoquons son clip « Alright », un single puissant soulignant les largesses de la société américaine, somptueusement reflété par un visuel poétique et engagé. Un morceau devenu par la force des choses, hymne de la cause noire-américaine, et portant sur ses épaules toute la beauté de l’album, To Pimp a Butterfly. En bref, toute le monde se rejoint pour dire que l’artiste est clairement l’étalon sur qui miser les dix prochaines années. Tous ? Non, puisqu’un irréductible marseillais au survêt’ de Dortmund semble vouloir tirer son épingle du jeu. « Alright » cumule 73 millions de vues, soit près de la moitié de « Tchikita ». Les puristes diront que « c’est une honte », ce à quoi les marseillais répondront qu’ils « ne voient pas ce qui choque« , du moment que les chiffres délivreront une interprétation cohérente.

Une question de format

De manière générale, les Américains sont moins avides de YouTube que les Français. Pour preuve : certains titres mondiaux sont largement surpassés par nos artistes nationaux bien moins notoires. Et le rap a la faculté étonnante d’appuyer ce constat. Chez l’Oncle Sam, et dans le monde plus largement, on est plus friand des plateformes streamings, sur lesquels Kendrick sait faire respecter la hiérarchie. Parlons simplement singles. Sur YouTube, Jul est un phénomène, presque tous ses clips dépassent les 40 millions de vues, des performances bluffantes pour un français. K-Dot, quant à lui, dépasse de manière générale les 50 millions, mais flirte ainsi avec l’artiste marseillais alors que, d’après leur reconnaissance mondiale, ils ne jouent pas dans la même cour.

En fait, les deux artistes sont complètement aux antipodes dans leurs réalisations. Jul, c’est la fraîcheur et la « non prise de tête ». En un an, il sort près d’une quinzaine de clips, tous réalisés avec un minimum de budget, quelques potes, quelques scooters et c’est parti. Lamar, c’est presque Hollywood. « Alright » est un chef d’oeuvre et son récent « HUMBLE. » est époustouflant. Mais peut-être que le rappeur français s’ancre plus facilement dans le format YouTube, justement, par l’omniprésence et la quantité. De son côté, le Californien répond par la qualité, mais son oeuvre n’est elle pas trop grosse pour assouvir des centaines de millions de vues ? En réalité, la question est en suspens, mais dérange.

L’ultime rectification

La dernière théorie pour expliquer la supériorité de « Tchikita » sur « Alright » se puise dans le buzz et le contexte. Lorsque Jul a dévoilé son morceau, il profitait encore d’un succès monumental suite à plusieurs titres explosifs. Puis, il s’agit aussi d’un phénomène de mode : ce single surclasse tous ses autres sons en termes de vues, et de très loin. D’autre part, « Alright », diffusé en juin 2015, a été mis en ligne alors que la hype Kendrick commençait à creuser son trou. Sont ensuite arrivés les Grammys, les featurings avec les pointures du hip-hop US, et un statut de rappeur désormais indétrônable.

D’autant que « HUMBLE. » vient confirmer cette théorie. L’attente d’un nouveau single du leader de TDE a suscité un puissant engouement qui pulvérise les records un par un. 54 millions de vues en une semaine, soit presque autant que son clip « i ». Tout ce qui lui manquait, c’était de la hype, du buzz. La morale de l’histoire ? Jul n’est pas meilleur que Kendrick, il a su exposer sa musique au bon moment comme un bon chef d’entreprise. Mais rassurez-vous, la hiérarchie pourrait être chamboulée à nouveau tant « HUMBLE. » a le potentiel de prendre le dessus sur « Tchikita ».