The Life Of Pablo de Kanye West est incontestablement l’album qui a le plus fait parler en ce début d’année 2016. Après une longue attente, l’équipe de Hip-Hop infos France a écouté T.L.O.P, on vous donne nos avis sur le projet.

Sidi

Après une promo sans queue ni tête et une demi-douzaine de tracklist dite « officielle » différente en moins de 15 jours. On a enfin pu découvrir l’intégralité de l’opus au style alambiqué qu’est « The Life Of Pablo » un matin de Saint-Valentin.

Comme si Yeezy l’avait prémédité, TLOP s’ouvre sur un son langoureux ponctué de gospels et de sonorités presque religieuses qui vous plongent dans un « Ultralight beam » très entrainant et reposant. Trois ans avant, « Yeezus » s’ouvrait avec un « On sight » industrielle, électronique et décousu. Yeezy s’est assagi.

Au fur et à mesure, on navigue vers le cœur de l’album et on retrouve « Famous » & « Highlights » qui nous rappellent que s’il le veut, Kanye West sait faire des tubes et sait créer la polémique (« I feel like me and Taylor might still have sex. Why ? I made that bitch Famous ! »).
A l’aide de sons très mélodiques, de samples dopés aux 808’s et d’enchainement de pistes mémorables (« FML » en featuring avec The Weeknd suivi de « Real Friends » et « Wolves » sont sûrement les 3 pièces maitresses de l’œuvre du maître), Yeezy a réussi a créer un univers lumineux, énergique et parfois mystérieux qui se concrétise par un « Fade » énergique et non plus le couplet de Frank Ocean dans « Wolves » comme dévoilé au Madison Square Garden.
L’album d’une durée d’environ une heure et comportant 18 pistes est sûrement le plus polyvalent de Kanye West reprenant la qualité de son rap des premiers opus, son choix d’invités triés sur le volet et des producteurs de qualité dont Rick Rubin, Mike Dean et Hudson Mohawke pour le côté électronique et percutant.

« The Life Of Pablo » n’est pas le meilleur album de Kanye West mais contrairement à sa communication, l’opus est abouti et innovant tant par son gospel dynamique que ses pistes parfois courtes qui nous plongent chacune dans un univers unique. L’univers de Pablo.

16/20


Baptiste

L’attente aura été longue, et la communication fastidieuse pour un album peut-être pas aussi réussi qu’on ne l’espérait. En effet dans le passé, Kanye West avait l’habitude de créer des sonorités nouvelles, des albums qui avaient une logique, un fil conducteur. Yeezus était par exemple très robotique mais atypique, et il y avait une véritable volonté de créer quelque chose de nouveau, à contre courant de tout le monde. The Life of Pablo lui retrace un peu tout ce qu’a fait Kanye tout au long de sa carrière. On retrouve donc des sons typés My Beautiful Dark Twisted Fantasy (« Ultralight Beam », « Famous »), 808s & Heartbreak (« Father Stretch My Hands pt 2 » « Highlights » « Wolves ») ou Yeezus (« Feedback », « Freestyle 4 »). Pour la première fois, Kanye n’a pas décidé de créer, mais de reprendre et de mélanger le tout. Une sorte de Best Of de sa carrière. On ne voit ainsi pas tellement la logique entre le magnifique « Ultralight Beam » et le très brut et électronique « Feedback ». Un choix qui peut être vu du bon comme du mauvais œil. On se retrouve en effet avec un univers musical assez riche, varié et tout de même de qualité. Un opus qui peut également compter sur quelques pépites, et des invités de choix qui font le travail. En résumé un bon album, mais pas parmi ses meilleurs.

Pour la petite histoire, The Life Of Pablo fait référence non pas à Pablo Picasso, ni à Pablo Escobar, mais à L’apôtre Paul (Pablo en espagnol). Une énième aliénation de Kanye qui s’est expliqué sur twitter. Paul de Tarse était, selon Kanye, le messager le plus puissant du premier siècle, et avait pour but d’aider le monde. Des causes que les deux individus partagent donc selon le rappeur.

14/20


Valentin

Quelle attente… Après une annonce qui a fait le buzz, Kanye West nous dévoile ce qui est d’après lui « le meilleur album de tous les temps » : Une entrée en matière avec « Ultralight Beam » qui à mon gout n’est pas totalement réussie, du moins j’imaginais quelque chose de plus « punchy » comme ouverture pour un tel album. Même si il faut reconnaître que la chorale est plutôt saisissante et puissante. Après avoir savouré « Father Stretch My Hands Pt. 2 », j’arrive enfin à kiffer totalement une track, « Famous ». La collaboration avec Rihanna est vraiment de qualité et leurs deux univers se réunissent parfaitement. On espère avoir d’autres bonnes surprises comme ça l’album… C’est avec « High Lights » qu’on retrouve son énorme flow et c’est plutôt plaisant, surtout que la prod est efficace et passe de phases de construction complexes à des breaks d’une simplicité enfantine qui fait son charme. Je suis plutôt content que l’interlude « I Miss The Old Kanye » vienne nous rappeler qui est vraiment Kanye West, et le fait de juste entendre sa voix acapela n’est pas dérangeant. Au contraire, c’est plutôt sympa, même si je pense que si ça avait été un autre artiste, je n’aurais sûrement pas dit la même chose. Le kiffe est de courte durée car après avoir passé la track « FML » j’avoue avoir mal à la tête… Je n’ai pas compris où il voulait en venir. Mais on oublie vite en écoutant « Real Friends », chanson extrêmement mélodieuse qui s’écoute plutôt facilement. On se rend compte que Kanye est quand même très fort, il arrive à me faire kiffer de l’autotune, et juste avant que je m’en lasse, il revient avec sa voix et son flow naturel, et c’est vraiment plaisant. L’autotune est donc très présent mais utilisé de façon intelligente et à bon escient. Les 4 derniers morceaux de cet album sont, je crois, mes préférés. Finir sur 4 gros sons, c’était la façon de nous faire oublier les deux morceaux les plus décevants de cet album que sont « Low Lights » et « Freestyle 4 ». En conclusion, un vrai album de 2016 je dirais, mêlant les prods trap actuelles, les flows autotunés et voix naturelle sur prods un peu plus old school. De là à dire que c’est « the best album of all time », je ne sais pas…

14/20


Niels

Vous vous rappelez de l’interlude de On Sight? « he’ll give us what we need, it may not be what we want »? Depuis Yeezus, c’est exactement ce que Kanye West fait. TLOP, c’est exactement ce qu’on a besoin d’un album de Kanye West. La production est parfaite, Ye s’entoure toujours des meilleurs des deux générations (If young metro don’t trust you I’m gon shoot you), et les collaborations toujours intelligentes (Chance the rapper & frank ocean sont pour moi les meilleures apparitions sur l’album).

Maintenant vous vous demandez peut être si c’était ce que je voulais, mais pas exactement. Il manque des choses… Il manque 3 choses.

1) Il manque des minutes à chaque chanson, des sons de 2 minutes c’est pas au niveau de Kanye West.

2) Il manque des guest-verses. Pourquoi Sia & Vic ont sauté de Wolves? (edit : ye a promis de refaire le son, on verra ce que ça donne) Pourquoi Young Thug n’a pas de couplet sur Highlights? POURQUOI ANDRE 3000 NE DIT QUE DEUX MOTS SUR 30 HOURS? Je me calme.

3) Le pire de tous. Il manque travi$ scott. C’est complètement subjectif. Vous (n’)êtes donc (pas) obligé d’être d’accord. J’enlève 0,25 à l’album pour cette raison, parce qu’un album de KW en dessous de 9,5 ça n’existe pas. Enfin dans l’ensemble, je sens que cet album sera salué non seulement par les fans de l’homme, non seulement par les fans de Hip-Hop, mais aussi par les fans de musique en général. En même temps c’est rien de nouveau depuis 10 ans.

2016, 7 albums et 21 grammys plus tard Kanye West n’a toujours pas sortie une mauvaise chanson.

18/20


William

Quel artiste rap est capable de nous offrir tant de sonorités dans un seul et même album? Quel rappeur est capable de nous proposer Yeezus, puis trois ans plus tard T.L.O.P ? Kanye West.

Après une première écoute lors de la YEEZY SEASON 3 qui laissera des traces dans les mémoires, on a finalement pu se plonger dans une deuxième écoute le matin de la Saint Valentin. La force de cet album réside incontestablement dans la production des morceaux. Kanye lie les sons entre eux avec brio, et nous propose un projet riche et varié. Musical, c’est le mot qui revient le plus en écoutant les 17 titres. On passe d’un refrain Gospel à un refrain de Rihanna, sur le papier on voit pas bien le rapport, mais il suffit d’écouter pour comprendre toute la logique de Kanye West. Riche et varié sont les deux adjectifs qui qualifient au mieux The Life Of Pablo.

Ce que nous pouvons reprocher à ce disque (et à Kanye au passage) c’est le manque de performance « rap » et de démonstration technique. Enfin, pour une fois, fuck it. Kanye West est un producteur de génie.

15/20


Jérémie

Non je n’ai pas passé ma Saint-Valentin en solitaire cette année. Kanye West m’a accompagné pour mon plus grand plaisir. The Life of Pablo. Non de Yeezus, trois ans que je l’attendais cet album. D’autant plus qu’il m’aura fait baver avec toute sa promo. Bref, il était temps ! Si beaucoup n’apprécient pas la direction artistique que prend le rappeur depuis quelques années, je fais partie des inconditionnels qui n’ont pas peur d’affirmer que Mr. West est un génie de la musique. Si je reconnais que sa performance au Madison Square Garden m’a laissé un goût amer, pour l’album c’est tout le contraire. Dans les textes Kanye n’est pas très novateur c’est vrai. Mais qu’on lynche immédiatement celui qui osera me dire que ce n’est pas le cas de sa musique. A l’écoute de ce disque, la qualité de ses productions n’est plus à prouver. Percutantes, variées, riches, émouvantes, efficaces… La liste des adjectifs pour les qualifier serait trop longue à exposer ici. Malheureusement, tous les morceaux ne se valent pas. C’est l’argument qui suffira à affirmer que The Life of Pablo n’est définitivement pas le meilleur album de tous les temps, ni son meilleur projet d’ailleurs. Cela dit, il est pour moi le plus abouti de sa discographie. On y retrouve toutes les influences musicales qui ont fait sa carrière. Un nouvel OVNI musical qui figurera sans doute dans mon top des meilleurs albums de l’année. Morceaux préférés : « Ultralight Beam », « FML » et « Wolves »

15/20


 Rodolphe

A la listening party privée de The Life Of Pablo, quelques jours avant la sortie de l’album, Kanye West avait dit qu’il souhaitait que ce projet soit une sorte de mélange de tous ses précédents albums. L’objectif est plutôt accompli… pour le meilleur comme pour le pire. Il retombe quelquefois dans les vices de Yeezus avec des sonorités inaudibles comme celles utilisées dans « Feedback ». Avant de me faire harceler par les fans qui me diront que c’est un visionnaire, je tiens à souligner qu’un album qui se veut original voire futuriste doit rester agréable à écouter. Run The Jewels 2 en est un très bon exemple. Globalement, la production reste quand même de bonne qualité, voire très bonne sur quelques morceaux comme « Freestyle 4 », « Waves » ou encore « FML ».

Parmi les points forts de l’album, j’aime beaucoup la façon dont il démarre : « Ultralight Beam » est excellentissime avec un Yeezy comme on aimerait l’entendre plus souvent, accompagné d’un très bon Chance et l’influence de son projet Surf. L’enchaînement avec « Father Stretch My Hands » (partie 1 & 2) me ferait presque redevenir fan de Kanye, en faisant abstraction de l’auto-tune insupportable. Sur d’autres chansons comme « 30 Hours », j’apprécie de retrouver le rappeur plus sensible et honnête, ce qui change un peu de son personnage mégalomane. D’ailleurs, le son qui se démarque le plus pour moi est « Wolves ». On retrouve un Kanye West au sommet de son art, avec une partition parfaitement maîtrisée pendant près de 4 minutes.

Au niveau des paroles, le projet reste assez faible malgré quelques punchlines sympathiques. Mais Yeezy n’a jamais été un monstre lyrique de toute façon.

Quelques problèmes ont gâchés mon expérience en écoutant l’album. Outre la pique inutile envers Taylor Swift alors qu’il avait fait amende honorable, je trouve que « Silver Surfer Intermission » est la preuve de la bêtise qui s’empare parfois de Kanye. C’est dommage de tuer la continuité de l’album juste pour faire taire Wiz Khalifa par rapport à Max B. Encore une fois, son égo est son plus grand ennemi.

Je dirai donc que c’est un très bon album par rapport à la discographie de Mister West, sûrement dans le top 3 de ses albums, mais clairement pas un des meilleurs albums de tous les temps comme il nous l’avait laissé entendre. Après avoir hésité à aller jusqu’à 8, je donne donc un bon 7,5/10 à l’album, notamment parce que malgré les problèmes persistants qu’il comporte, j’apprécie son originalité et sa musicalité dans son ensemble.

NB: Personnellement, je trouve l’album meilleur en suivant le conseil de Chance The Rapper, on sent tout de suite une meilleure cohésion.

15/20


Baptiste Campanile

Il est difficile de faire une review du dernier KANYE WEST sachant que l’album est en train d’être finalisé en ce moment-même. Cela devient une habitude pour les fans, pour rappel Cruel Summer & Yeezus ont subi le même sort ; la version iTunes des deux albums est plus avancée que la version physique. DINGUE ! Le rollout de l’album aussi est peu ordinaire voire étonnant, il est même actuellement retiré de la vente afin de supporter la plateforme de streaming digitale TiDAL (et cela fonctionne, l’application est n°1 aux USA).

L’album en soit comprend tout ce que je recherche pour un septième album de KANYE WEST ; il étonne et rassure. Le mélange (parfait?) des six précédents albums, donne vie à un projet haut en couleur, complexe et varié. Seul point négatif : la présence d’André 3000, qui appelle à plus que des ad-libs; un couplet.

Répétable : ULTRA LIGHT BEAM, FATHER STRETCH MY HANDS 1&2, FADE, FML, REAL FRIENDS, WOLVES, 30 HOURS & NO MORE PARTIES IN LA.

Skippable : WAVES & FACTS

17/20


 Partagez votre avis sur l’album dans les commentaires ci-dessous.

KANYE WEST - T.L.O.P
15.5SUR 20