Le rappeur parisien vient de sortir son huitième album studio intitulé Amicalement Vôtre. Entre morceaux lents et mélancoliques, banger puissant, clash ou encore introspection, Guizmo démontre depuis 2011 sa large palette musicale. Retour sur cinq de ses morceaux parmi les plus marquants. 

Normal (2011)

Né de la seule apparition de Guizmo dans l’émission Rap Contenders, dans laquelle il avait affronté Aronstrong, l’ancien membre de l’Entourage s’était vu reprocher d’apparaître hors caméra avec la bagatelle de cinq bouteilles de whisky. Loin d’être déstabilisé par l’anecdote, le rappeur âgé de 26 ans s’en servira à son avantage pour livrer un morceau qui cumule à plus de 5 millions de vues sur YouTube. Normal.

Le Café (2012)

Avec ce morceau extrait de l’album “C’est tout” sorti en 2012, Guizmo explore la largesse de sa palette musicale en démontrant qu’il maîtrise à merveille l’art du storytelling. En prenant l’exemple d’un café, le rappeur peint les dérives que peut engendrer celui-ci (L’addiction au jeu, l’alcool, l’éloignement des proches…) et livre une réflexion poignante sur les dérives qu’entraîne ce rythme de vie malsain qu’on mène en fréquentant trop “Le Café.”

André (2014)

Morceau introspectif pour le rappeur signé chez Y&W. Une production mélancolique et une belle prouesse technique pour le rappeur originaire de Villeneuve-la-Garenne, qui signe un morceau de huit minutes sans aucun refrain, dans lequel il multiplie les réflexions sur sa propre vie et les dérives qu’a pris celle-ci, mais également sur le métier qu’il pratique, celui de rappeur. L’occasion pour lui de créer une distanciation avec ses pairs. On pourrait notamment retenir la très puissante : “Les rappeurs c’est des bimbos : Y’a la forme mais y’a pas le fond.

Attendez-moi (2016)

On découvre sur le quatrième morceau retenu pour ce top 5 un Guizmo agité par des idées noires, douloureusement atteint par la perte de nombreux proches. Meurtri par l’absence de personnes qu’il portait dans son coeur, Guizmo se retrouve esseulé et sans soutien dans un monde froid et austère. Le Parisien reprend à merveille la production de Sony Digital, sur laquelle 50 Cent avait sorti le poignant “I’m the man” en 2015. Une nouvelle influence musicale qu’on découvre chez le rappeur éminent de Yonea & Willy L’Barge, qui s’attaque donc à une instrumentale plus planante, livrant certainement l’un des morceaux les plus poignants de sa déjà conséquente carrière musicale.

Je l’aime autant que je la hais (2017)

Dernier morceau issu du dernier album de Guizmo, Amicalement Vôtre, sorti le 1er Décembre 2017. Guizmo aborde un thème récurrent dans “Je l’aime autant que je la hais” : L’addiction et l’enfermement que ce dernier vice entraîne. Production planante, utilisation du vocodeur, une première pour le rappeur parisien, un refrain particulièrement entraînant et une plume qu’on lui connaît, autant de bons ingrédients pour un morceau phare d’un album qu’on ne peut que vous inciter à aller écouter.

Vous pouvez retrouver dès à présent le nouvel album de Guizmo intitulé Amicalement Vôtre ci-dessous :