A l’occasion du Grand Débat ce mardi 4 avril à 20h, on s’est amusé à associer à chaque candidat un rappeur américain. Et au final, c’est assez évident.

L’élection du prochain résident de l’Elysée ressemble à un joyeux bordel. Un peu comme le rap game au fait. On a des favoris, des médiatisés, des rappeurs de l’ombre, et tout ceci dans un capharnaüm ambulant. Voici à quoi pourrait ressembler la campagne présidentielle version rap outre-atlantique. C’est relativement intéressant. Puis, c’est vraiment drôle. Et si vous pensez pouvoir me connoter à un candidat, sachez que je vote Cheminade, donc bon…

Emmanuel Macron et Drake

Emmanuel Macron, c’est le candidat surprise qui plane doucement au-dessus des sondages. Si le candidat En Marche! semble bénéficier d’un engouement médiatique important, on n’a toujours pas réellement compris son programme. Au final, il semble piquer des idées à droite, à gauche, histoire de plaire à tout le monde. Une similitude qu’il semble partager avec le rappeur canadien. Ce dernier puise dans un répertoire très (trop ?) varié qui cherche à plaire à tous les publics. Pourtant, malgré les critiques, de nombreux puristes lui décèlent des qualités. Un peu comme Macron et ses soutiens improbables (de François Bayrou à Christian Estrosi). En plus, les deux ont plus ou moins une belle gueule et se tapent (ou se sont tapés) une meuf de 20 ans de plus. What else ?

François Fillon et Kanye West

Quand on évoque Fillon et Kanye, on pense à l’argent, mais la comparaison va bien plus loin. Déjà, comparons leurs femmes, Pénélope et Kim. Passons sur les physiques et axons-nous sur leurs métiers. Toutes deux sont payées à rien foutre mais aucune des deux ne semblent réellement s’en rendre compte. De plus, le candidat et le rappeur ont une spécialité unique : une qualité indéniable pour tirer la tronche. Leur nombre de sourires cumulés ne dépasse pas le nombre de jours de travail de Pénélope, et ça, c’est criant.

Marine Le Pen et Miley Cyrus

Ok, j’entends déjà les critiques “Ouais Miley, elle fait pas de rap”. Et à ça je répondrai : “Est-ce que Marine Le Pen fait vraiment de la politique ?”. Donc, reprenons ma comparaison. Deux blondes aux regards féroces persuadées d’être les meilleures dans ce qu’elles font, et pourtant… Dans les deux cas, on a du mal à situer leurs fans, et pourtant, ils semblent étonnamment nombreux. Enfin bref, que ce soit l’une ou l’autre, on s’en passerait bien.

Benoît Hamon et Meek Mill

Dans les deux cas, on ne parle d’eux quasiment toujours en mal. D’un côté parce que l’un a des idées plutôt floues, de l’autre parce que tout le monde s’en fout. Loin de moi l’idée de dire qu’on en a quelque chose à foutre de Hamon attention ! Disons simplement que l’homme politique a bénéficié d’un gros buzz au moment des primaires de gauche. Un peu comme Meek Mill à une époque, avant qu’il devienne la biatch du Game (encore une fois, comme Hamon). Quand on voit que même Valls de son propre parti se retourne contre lui…

Jean-Luc Mélenchon et The Game

Il est celui qui a ébloui le premier débat présidentiel, et pour cause : ses petits pics à l’encontre des autres candidats ont été la seule animation positive. En fait, un peu comme The Game, le candidat de la France Insoumise fait l’actualité uniquement quand il s’agit de clash. Bon, je suis un peu dur, certes, mais avouons que les deux sont morts depuis longtemps mais continuent de forcer. Allez, j’arrête. PS : j’aurais pu choisir 2pac pour l’hologramme mais c’était un peu facile.

Nicolas Dupont-Aignan et O.T. Genesis

Deux. C’est le nombre de jours durant lesquels NDA a fait l’actualité cette campagne. Même si pour O.T. Genesis ce fut un peu plus long, force est de constater que les deux ont basé leur carrière sur un étrange élément : le buzz. Enfin bon, ne critiquons pas, parce que dans les cas, le résultat a été bénéfique.