Contraction de Hip-Hop et ballet, le Hiplet mélange les pas de breakdance, les déhanchés et les sauts sur les pointes des pieds.

Harlem Shake, Twerk, Dab, nombres de danses inspirées de la culture Hip Hop se sont vite évaporées après leur explosion médiatique sur Internet. La dernière en date, le Hiplet, n’est pas prête de se faire oublier.

Cette danse émerge aux début des années 1990 aux Etats-Unis avec une représentation appelée « The Rap Ballet ». Des danseurs effectuaient différentes chorégraphies populaires de l’époque sur du rap.

L’histoire continue en 2005 au Chicago Multi-Cultural Dance Center, une prestigieuse école de danse. Homer Hans Bryant, le directeur artistique, met au point une nouvelle danse unique : le Hiplet. Il mélange les techniques du ballet classique, de la musique Hip-Hop, et des danses urbaines.

Depuis, il a mis sur pied une troupe de jeunes danseuses issues de différents milieux sociaux. Leur nom : The Hiplet Ballerinas, les ballerines du Hiplet. Ainsi, leur objectif est de révolutionner et de redonner vie à la danse classique tant en adoptant les codes de la danse et de la musique urbaine. Faire du neuf avec de l’ancien en quelque sorte. En effet, l’influence de l’art classique sur le Hip Hop rencontre un certain succès aux Etats-Unis sur la scène artistique.

À travers son compte Instagram, le directeur poste les performances de ses élèves. L’audience explose, le succès est garanti.

Voici leur performance ahurissante lors d’une conférence TEDx à San Francisco en 2016, le tout sur la pointe des pieds.

Enjambant les plateaux télé les uns après les autres, cette troupe de danseuses vit de sa passion. De New-York sur la West Coast en passant par San Francisco sur le East Coast, le premier groupe de Hiplet assure sa première tournée nationale.

Vous pouvez découvrir leurs performances sur le compte de Homer Bryant. Retrouvez aussi notre article sur l’influence de la musique classique sur le Hip Hop, Classic meets Hip Hop.