Actualités

Après l’évincement de Damso, Jason Derulo balance tranquillement l’hymne du mondial

Publié

le

Quelques jours seulement après que Damso ait été écarté de l’hymne belge pour le mondial, Jason Derulo a balancé dans le plus grand des calmes l’hymne officiel du mondial : “Colors”.

L’hypocrisie atteint donc son paroxysme. Alors que Damso a longuement été au centre d’une polémique invraisemblable qui a malheureusement fait le tour de la planète, Jason Derulo a dévoilé dans un silence fracassant “Colors”, l’hymne officiel de la coupe du monde. Véritable star planétaire, le chanteur de R’n’B succède donc à Shakira et Pitbull.  Et alors que le combat d’associations féministes à l’encontre du rappeur bruxellois s’est soldé par une victoire nette, l’artiste américain n’a pas été inquiété par la moindre secousse. Peut-être parce qu’en anglais ça passe mieux ?

Un habitué en la matière

Bien que chanteur mondialement reconnu, Jason Derulo a lui-aussi été taxé de sexisme plusieurs reprises. Certains clips ont eux-aussi été pointé du doigt alors que l’artiste aime copieusement reprendre les clichés les plus aiguës du hip-hop pour ses visuels, et notamment les femmes aux formes voluptueuses, plutôt dévêtues. On notera quelques traductions délicieuses ci-dessous, relevées par nos confrères de NewsMonkey : des “plans à trois”, de “fellations internationales”, de “sucer [son] pénis”, de “chatte tellement bonne”, de “sauvegarder [une fille] dans [son] portable sous le nom de ‘Gros cul”. Bref.

Là n’est pas la question de devoir expulser Jason Derulo de l’hymne du mondial, sinon on ne s’en sortirait plus. Néanmoins force est de constater que le traitement des deux artistes, toute proportion gardée, est bien loin d’être le même. Pour Damso on ne retient exclusivement que ses paroles les plus outrageuses. À l’inverse, pour Derulo, on préfère retenir uniquement ce qu’il y a de bon. Bien évidemment, l’artiste ne dégrade pas la femme dans son morceau “Colors” (encore heureux !), mais Damso non plus dans son “Humains”.

D’ailleurs, l’ambiguïté de la sphère médiatique à ce sujet est terriblement inquiétante. Damso n’a jamais autant fait l’actualité dans les pays francophones alors qu’il est embourbé dans une malheureuse polémique. Lorsqu’il a été annoncé à la tête de l’hymne belge par là fédération des Diables Rouges, aucun média mainstream ne s’est empressé de relayer l’information. Aujourd’hui, alors que Jason Derulo dévoile son clip dans un climat compliqué, tous sourient et se félicitent, laissant Damso dans la pénombre et son bad buzz. Deux poids, deux mesures.

Advertisement
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *