Actualités

Maître Gims et Vitaa remixent “Bella Ciao” de La Casa de Papel

Publié

le

Maître Gims, Vitaa, Slimane et Dadju remixent "Bella Ciao" de La Casa de Papel

Après la Casa De Papel, les centaines de remix soundcloud, de reprises et de freestyles rap : Maître Gims, Vitaa, Slimane et Dadju remixent “Bella Ciao” une nouvelle (et on espère dernière) fois. 

La Casa de Papel a fait revenir sur le devant de la scène l’hymne de la résistance italienne pendant la seconde guerre mondiale : “Bella Ciao”. D’abord devenue l’ode de nos soirées alcoolisées, avec des paroles allant du “parmigiano” au “nanana” pour les moins courageux, il s’est ensuite imposé comme un véritable effet de mode. Pour preuve, le rappeur Remy lâchait il y a quelques semaines un freestyle sur l’instrumentale de la chanson, pendant que les reprises a cappella (dans un italien toujours aussi approximatif) se multipliaient sur nos fils d’actualité. On pensait en voir le bout, n’est-ce pas ? Et bien, on se trompait.

C’est dans une vidéo, diffusée simultanément sur tous ses réseaux sociaux, que Maître Gims a dévoilé le pot aux roses.

“Je fais cette petite vidéo parce que ni Dadju, ni Vitaa, ni Slimane n’ont voulu se mouiller. Moi je vais vous expliquer ce qui se passe actuellement. Y’a quelque chose qui se prépare. Venez avec moi.”

Nous n’avons pas d’autre choix que de le suivre. Gims nous emmène dans un studio, où la fine équipe est en train d’écouter la version italienne de la chanson. Et la, c’est le coup de tonnerre. À la place d’une voix de tenor, chantant l’arrivée de l’envahisseur à son réveil, résonne celle de Vitaa. Toute la bande semble très fière de ce morceau, dont ils miment joyeusement les paroles en dansant sur ce qu’il reste de l’instrumentale, qui semble nettement plus électro.

Du côté des fans, les réactions sont mitigées. Entre ceux qui estiment ne pas pouvoir supporter une nouvelle reprise, et ceux qui la considèrent comme une offense à la mémoire des partisans, le moins qu’on puisse dire est que cet extrait ne fait pas l’unanimité. Cu’ tròppu vòli, nènti strìngi.