Pourquoi le rap Français aurait besoin d'un retour de 1995 ? Pourquoi le rap Français aurait besoin d'un retour de 1995 ?

Dossiers

Pourquoi le rap français a besoin d’un retour de 1995 ?

Crédit photo : J Mannion

Publié

le

Après un Paris Sud Minute couronné de succès, les six membres du groupe ont déserté pour se concentrer sur leurs carrières solo. Désormais matures et au sommet de leur art, il serait néanmoins temps d’ouvrir une nouvelle page de 1995. 

Nous sommes en 2011, une bande de six potes va puiser à La Source pour balancer l’un des EPs clé du début de la décennie. Au milieu d’une scène rap qui aspire aux clichés bling-bling et autres égo-trip poussés à l’extrême, un vent frais s’abat sur l’Hexagone. 1995, une jeunesse dorée parisienne qui, avec ses rimes aguisés et son rap maîtrisé, vient asséner une lourde claque au game. Et les auditeurs ne s’y trompent pas, quelques mois plus tard, ils élisent le collectif “Groupe de l’année” sur Skyrock.

Un an plus tard, la bande dévoile La Suite. Un nouvel EP qui s’écoule au rythme de 30 000 exemplaires après un petit mois d’exploitation. La carrière des six membres décolle et le premier album du groupe, Paris Sud Minute, est publié une poignée de mois plus tard. Avec des morceaux incontournables à l’image de “Réel” ou “Flingue Dessus”, le groupe se forge une réputation notable au devant de la nouvelle scène rap parisienne qui rayonne désormais sur toute la France. Six ans plus tard, les six membres triomphent en solo, mais 1995 semble enfoui au fond d’un coffre à trésor. Pour notre plus grand regret.

1995, les précurseurs

1995 n’a jamais caché la part importante du rap old-shool dans ses influences. Le nom même du groupe, 1995, étant une référence à cette année phare du hip-hop français. À l’époque, les jeunes parisiens ont remis au goût du jour le sample et les productions boom-bap. Alors qu’au lendemain de l’année 2010, la mode est à l’autotune, les lourdes basses et la trap, 1995 préfère l’utilisation de productions classiques. Puiser à l’origine du rap, tel est la philosophie du groupe. Sans oublier une technique pointue et des rimes riches qui façonnent un univers neuf. Ils remettent au goût du jour un boom-bap poussiéreux qui peinait à trouver sa place dans le paysage hip-hop français. En somme, ils deviennent le trait-d’union entre deux générations qui s’opposent en impulsant une modernité fraîche dans les studios.

1995 a été le précurseur d’une nouvelle vibe dans le rap français, qui semble aujourd’hui arriver à son apogée. Un énorme travail sur le fond, sublimé par une forme percutante. Etroitement liée au collectif L’Entourage, une bulle parisienne se crée et part à l’assaut de toute l’Hexagone. D’ailleurs, trois membres du groupe ont déjà creuser leur place aux Rap Contenders, et attirent l’oeil de la France vers une facette du hip-hop qu’elle avait oublié : la technique, le flow et la maîtrise des mots, sans pour autant tomber dans un rap ultra-conscient. Peu à peu, le groupe développe sa propre imagerie, son propre style et s’impose comme le porte-étandart d’une jeune génération initialement hostile au rap. Dans les lycées, les universités, les pulls aux logos 1995 envahissent les couloirs, et le groupe assoit sa notoriété. En chef de fil, Nekfeu rayonne et brille de milles feux. Mais derrière lui, son crew, Alpha Wann, Sneazzy et leurs nombreux EPs, Areno Jaz (aujourd’hui Darryl Zeuja), Fonky Flav’ et Hologram Lo’ surfent sur cette nouvelle vague.

1995 en attente du classique

Désormais, chacun des membres du groupe à trouver sa place dans le paysage hip-hop. Néanmoins, ensemble, le groupe n’a toujours pas livré son projet “de la maturité” comme le définissent souvent les médias. Paris Sud Minute était très bon et avait d’ailleurs réalisé des ventes plus qu’honorables. Mais à milles lieux de ce que proposent aujourd’hui Nekfeu et ses multiples disques de platine et de diamant. Le rap a besoin de 1995 parce que ce rap là a été inventé par 1995. Le collectif a propulsé dans le game sa philosophie du hip-hop qui a permis à de nombreux artistes de laisser éclater leur propre vibe. Lomepal, Roméo Elvis ou encore Lord Esperanza ont été influencés directement ou indirectement par ce rap très esthétique et épuré. Aujourd’hui, les six membres du groupe ont mûri artistiquement et plusieurs d’entre eux atteignent leur point culminant. Nekfeu, évidemment, mais aussi Sneazzy qui s’est trouvé un style tout à fait particulier. Hologram Lo’, de plus, fidèle producteur du groupe a pris le temps de soigner ses productions pour devenir l’un des acteurs influents du milieu du beatmaking. 

Désormais, toutes les planètes sont alignées. Le groupe a une fan-base surpuissante et fidèle, a un style désormais incontournable, ainsi qu’une maturité qu’il se doit de démontrer. Plus que ça, 1995 est devenu un véritable fantasme pour une grande partie de la communauté rap. Tous les six mois, une nouvelle rumeur autour d’un susceptible retour du collectif émerge, et fait vibrer les fans. Pourtant, voilà désormais six ans que le navire est garé en attendant sa nouvelle aventure. Une aventure qui s’annonce déjà mouvementée. 1995 a besoin de son classique, et le rap a besoin de 1995.

En attendant, on se remet Paris Sud Minute.

Advertisement
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *