Actualités

Un rapport révèle tout ce que Booba et Kaaris ont déclaré aux enquêteurs

Publié

le

Booba Kaaris

Selon un rapport que s’est procuré Le Parisien, Booba serait bel et bien à l’origine de la violente bagarre de l’aéroport d’Orly.

Les questions demeurent quant à la rixe entre Booba et Kaaris mercredi dernier à l’aéroport d’Orly. Quelques heures après leur bagarre, les deux rappeurs ont livré leur version des faits en garde à vue. Des déclarations que Le Parisien a réussi à se procurer. Nous apprenons tout d’abord dans le rapport que les artistes regrettent les débordements.

 “Je regrette que ça soit arrivé” déclare Kaaris. “Je fais la différence entre la violence du rap et ma vie réelle, qui est celle d’un père de famille qui s’occupe des siens “. Il précise de plus qu’il aurait “changé d’avion” s’il avait su la présence de son rival. De son côté, Booba est conscient qu’un tel conflit dans un lieu de la sorte est très critiquable. “Avec tout ce qui se passe – Vigipirate, les attentats, les militaires –, c’est une mauvaise idée de faire ça dans un aéroport. La preuve, on est tous en cellule”.

La défense de Booba fragilisée

Si les deux rappeurs plaident la “légitime défense” et réfutent être à l’origine de l’altercation, la vidéosurveillance semblent montrer que le patron du 92i est le premier à lancer un coup. A 14h50, mercredi, Kaaris apparaît dans le champ d’une caméra. L’auteur de Or Noir est assis avec trois amis et son DJ. Les images le montrent faire des photos avec quelques fans dans l’attente de son vol pour Barcelone.

Booba lui a déjà passé les contrôles et n’est qu’à quelques mètres. Les artistes doivent prendre le même avion afin de livrer un showcase dans deux boîtes de nuit situées côte à côte. Lorsque B2o aperçoit K2a, il se met à marcher “d’un pas déterminé” dans sa direction. Accompagné de Cheick F., son garde du corps, il lâche son sac au sol. Kaaris, lui, fait quelques pas vers Booba avant de reculer. “A 14h56 et 20 secondes, nous constatons sur la vidéo l’accélération de Booba et Cheick F. qui se ruent sur Kaaris, Booba lui porte alors un coup de pied de face”, note un enquêteur.

Une version que corrobore Kaaris. “Booba et ses potes ont avancé vers nous en nous disant ‘Lève-toi salope, on va baiser ta femme comme dans la chanson’ […] J’ai répondu en disant ‘Je suis là'”, confirme le rappeur de Sevran, qui précise ensuite que “les coups pleuvaient”. Le Duc lui nuance. “Il était debout et me fixait […] J’appelle ça de l’intimidation.” Booba affirme alors avoir fait le premier pas, mais simplement pour “contourner” son adversaire. Et si la bagarre a débuté, poursuit-il, c’est parce qu’il a reçu “un projectile sur l’oreille droite”. Un épisode qui n’est pas visible sur les caméras.

La vidéosurveillance montre ensuite que Kaaris et son groupe sont en difficulté, puisque ces derniers sont en infériorité numérique. Le Dozo se dirige alors dans un Duty Free. Booba le suit. Un proche de Kaaris qui venait l’aider se fait tabasser par Booba et deux membres de son groupe, à coup de pieds, de poings et de parfum. “Je concède que sous le coup de la colère et l’énervement, suite aux coups de bouteilles qu’il avait mis avant, on lui a mis une raclée” avoue le Duc.

Les conséquences d’un long conflit

A la fin du rapport, les rappeurs répondent aux questions sur leur rivalité. “On a des antécédents, des clashs sur les réseaux sociaux. […] C’est moi qui ai lancé Kaaris, il a eu des paroles que je n’ai pas appréciées. Il y a eu des vidéos où il me menaçait, où il annonce clairement que lorsqu’il me verra seul en vrai, il m’enculera, me brisera les os et boira mon sang. Tout y est !” déclare Booba.

“Je suis un acteur, j’ai dit choses que je ne pensais pas. Booba est en guerre avec le monde entier. Il m’a demandé de faire une chanson dans laquelle je devais insulter la mère de La Fouine qui est décédée et Rohff. J’ai refusé. A partir de ce moment-là, il a commencé à me poser des problèmes dans le quartier.” se défend Kaaris.

Une histoire loin d’être terminée.