Entre respect et compétition, le featuring est devenu monnaie courante dans le hip-hop. Sauf qu’il arrive parfois que les guests piquent carrément la vedette aux artistes qui les avaient pourtant cordialement invité sur leurs propres morceaux. Et ça, ça fait mal.

Ah le featuring, le saint-featuring. Pour un artiste, le procédé consiste, vous le savez, à inviter un ou plusieurs collaborateurs à partager l’affiche de ses morceaux. Largement popularisé par le rap et plus généralement, par la musique électronique, le feat est aujourd’hui, et plus que jamais devenu un argument marketing de premier ordre. Qu’il s’agisse de lancer une carrière, de donner plus de variété à un projet, ou simplement de faire spéculer la presse et le public, sa visée reste dans la plupart des cas, de booster les ventes d’albums.

Mais cessons là ce fatalisme et revenons à l’essence même de la collaboration artistique. N’oublions pas que le featuring se fonde en premier lieu sur les affinités musicales de ses interprètes. Alors bien sûr, on pourrait naïvement penser que deux artistes travaillant ensembles joueraient d’égal à égal, mais dans les faits, c’est une toute autre histoire. Dans un entretien à Complex, Fat Joe disait d’ailleurs “Chaque fois que tu rappes avec quelqu’un, c’est comme une compétition. Même si tu ne le dis pas, tu cherches toujours à être le meilleur”.

Bien que le respect reste le mot d’ordre quand collaboration il y a, il arrive parfois que la performance de l’invité supplante totalement celle de l’artiste principal. Nous assistons alors à un “Murder on your own shit”, comme on dit chez l’Oncle Sam. Qui sont donc ces assassins ? Dans ce nouveau top, nous vous proposons une sélection de 10 morceaux de rap US dans lesquels les guests ont totalement surclassés leurs hôtes.

#1 Eminem  sur “Renegade”

Artistes : Jay-Z Feat. Eminem

Année : 2000

Album : The Blueprint

On commence fort avec l’une des plus prestigieuses collaborations de l’histoire du rap, celle de Jay-Z & Eminem sur “Renegade”, extrait de l’album The Blueprint du rappeur de Brooklyn et enregistrée en 2000. Cette connexion est d’autant plus belle qu’elle est aussi la seule, si l’on exclut “Syllabes”, le titre dévoilé par Koolo, que l’on a rassemblé sur Relapse 2. Bien que les deux renégats livrent chacun à leur manière des couplets mythique, ceux de Slim Shady se démarquent incontestablement face à Jigga. Au point que Nas, alors en plein dans son clash avec Hova, s’est servi de ça pour discréditer son concurrent dans la diss track “Ether”. Pour le coup, désolé Jay, mais Nasty avait raison, d’autant qu’on sait que dans sa version originale, le morceau était signé Royce Da 5’9″.

Et puisque c’est un morceau d’anthologie, on se remémore du moment où les deux légendes offraient une performance mémorable de “Renegade” au sommet d’un building new-yorkais en 2010. Et oui, sept ans déjà

#2 Nicki Minaj sur “Monster”

Artistes : Kanye West Feat. Jay-Z, Rick Ross, Nicki Minaj & Bon Iver

Année : 2010

Album : My Beautiful Dark Twisted Fantasy

Sur son cinquième album, Kanye West a innové comme jamais. En plus de sortir avec son projet, un court-métrage qu’il présenta au Festival de Cannes, cet album se démarque aussi par son nombre invraisemblable de featurings. Rien que pour “All of the Light”, pas moins d’une quinzaine d’artistes se succèdent le long du morceau. Forcément qu’avec autant d’invités, il y a plus de chance de se faire surpasser. Néanmoins, ce n’est pas sur ce morceau que Kanye s’est fait assassiner, mais sur “Monster”.

La responsable ? Nicki Minaj. Forte de ses personnalités freaky, on n’en n’attendait pas moins de la diva de Young Money qui nous livre sans aucun doute l’un de ses meilleurs couplets, avant qu’elle n’opère son virage vers la pop. Une performance qui n’a s’en pas manqué de blesser l’ego de ce cher Yeezy.

#3 Andre 3000 sur “Sorry”

Artistes : T.I.

Année : 2012

Album : Trouble Man: Heavy is the Head

Andre 3000, aka le rappeur préféré de ton rappeur préféré. Voilà des années que l’on attend que la moitié d’Outkast s’illustre en solo, mais visiblement ce que lui préfère, c’est les featurings. Il faut dire que ses apparitions sont tellement rares qu’à chaque fois, c’est un événement. Pour sa première avec son compatriote d’Atlanta, on peut dire qu’il tenait la forme. En plus d’offrir l’un de ses couplets les plus introspectifs, 3K prouve également qu’il n’a rien perdu de sa technique légendaire, tant son fast flow fait encore une fois la différence.

Bien qu’honoré d’avoir été approché par l’une de ses idoles qui lui a demandé de collaborer avec lui, le King a tout de même avoué s’être fait massacrer sur son propre morceau. En tout bien tout honneur.

#4 Kendrick Lamar sur “Control”

Artistes : Big Sean Feat. Kendrick Lamar & Jay Electronica

Année : 2013

Album : Hall of Fame (promo) 

S’autoproclamer “Roi de New-York” alors que l’on vient de Los Angeles. Il fallait oser, Kendrick Lamar l’a fait. Pour ne pas être décrédibilisé à jamais, le prodige de Compton avait intérêt à ne pas se rater. La suite de l’histoire, vous la connaissez

Gracieusement invité par Big Sean sur ce morceau qui initialement ne devait être que promotionnel, Kendrick l’a littéralement et sauvagement assassiné, lui ainsi que tout le rap game. Débitant son flow ravageur et ses rimes tranchantes pendant un couplet de près de trois minutes. Il n’a laissé aucune chance à la concurrence. D’autres ont bien essayé de répliquer en freestylant à leur tour sur l’instrumentale de No I.D., mais bon : n’est pas K-Dot qui veut…  Bref, on peut dire sans trop se tromper que c’est ce couplet qui a propulsé Kendrick vers les sommets qu’il touche aujourd’hui.

#5 Drake sur “Aston Martin Music”

Artistes : Rick Ross Feat. Drake & Chrisette Michele

Année : 2010

Album : Teflon Don

Avant de s’imposer avec son propre style mêlant habilement rap et chant, Drake a mainte fois prouvé qu’il savait aussi rapper des couplets surpuissants. A l’image de sa performance sur le titre “Aston Martin Music” de Rick Ross. Drizzy est clairement au-dessus du lot avec des paroles plutôt autocritiques. Comble du bonheur, il sublime tout ça avec un refrain des plus doux, dont lui seul à le secret. Sorti en 2010 également, à noter que le couplet de Drake ne figure pas sur la version retenue pour l’album. Qui sait, peut-être que le Bawse avait déjà pris conscience que Drake l’avait détrôné.

Blague à part de le son n’a pas pris une ride et encore aujourd’hui, c’est le morceau idéal à écouter sur la plage cet été. Avec un bon cigare !

#6 AZ sur “Life’s Bitch”

Artistes : Nas Feat. AZ

Année : 1994

Album : Illmatic

On ne sait pas si le fait de savoir qu’il était le seul featuring d’Illmatic l’a galvanisé, mais toujours est-il qu’AZ a fait très très fort. Oui oui, on parle ici d’un artiste qui s’est montré supérieur à Nas, l’un des meilleurs lyricist de l’Histoire, sur un album qui reste à ce jour considéré par beaucoup comme le meilleur album rap de tous les temps. Rien que ça ! Discours puissant, voix mélodieuse et cadence multisyllabique, les qualités d’AZ au micro ne sont plus a prouvé. Conséquence directe de ce couplet :  il sera remarqué et signé sur le label EMI, ce qui lui permettra de sortir son premier album Doe Or Die en 1995. Un projet qui sera acclamé par la critique.

#7 50 Cent sur “Hate It or Love It”

Artistes : The Game Feat. 50 Cent

Année : 2005

Album : The Documentary

Parmi les nombreuses pépites qui figurent sur The Documentary, le premier album de The Game, on trouve “Hate it Or Love It” Un morceau sur lequel 50 Cent est venu montrer que, contrairement à son hôte qui à encore tout a prouver, lui figurait déjà parmi les meilleurs rappeurs des années 2000. Fifty est d’ailleurs tellement chaud que sa perf donne l’impression que l’invité est plutôt The Game. D’autant plus que, même si l’album est aujourd’hui et, à juste titre, considéré comme un classique, c’est en grande partie à ce hit planétaire, qu’il doit le succès qu’on lui connaît.

Quand on écoute ce son, on en oublierait presque le beef les opposa pendant plusieurs années… Et qui pris fin officiellement l’année dernière dans un strip club.

#8  The Notorious B.I.G. sur “Flava In Ya Ear (Remix)”

Artistes : Craig Mack Feat. The Notorious B.I.G., Rampage, LL Cool J & Busta Rhymes

Année : 1994

Album : Bad Boy’s 10th Anniversary…The Hits

Des couplets légendaires, Biggie nous en a livré plus d’un avant sa mort. Il n’empêche que celui-ci est sans conteste à ranger parmi ses meilleurs, et ce pour plusieurs raisons. Alors déjà, Big Poppa a surclassé Craig Mack sur son propre titre, mais comme si ça ne suffisait pas, il a carrément mis un terme à sa carrière. Pour l’anecdote, en 1994, Bad Boy Records avait Mack en priorité dans son viseur. Or, la légende raconte qu’après avoir entendu le couplet de Biggie sur ce titre que l’écurie de Sean Comb, aka Puff Daddy a changé de cheval. La suite, on la sait, et elle est tragique…

#9 Nas  dans son “Live at the Barbeque”

Artistes : Main Source Feat. Nas, Joe Fatal & Akinyele

Année : 1991

Album : Breaking Atoms

Large Professor savait-il en 1991, lorsqu’il présentait aux yeux du monde, ce jeune gamin de Queenbridge du nom de Nasir Jones dans “Live at the BBQ”, qu’il avait sous la main l’un des plus grands MC de tous les temps ? Probablement pas. Toujours est-il que c’est ce couplet qui a lancé la carrière de Nas, et ce, trois ans avant la sortie du trésor Illmatic. OMFG.

#10 Busta Rhymes sur “Scenario”

Artistes : A Tribe Called Quest Feat. Leaders of the New School 

Année : 1992

Album : The Low End Theory

Quel que soit votre âge, vous connaissez tous Busta Rhymes. Et bien sachez que c’est ce morceau qui a propulsé la carrière solo du vétéran qu’il est aujourd’hui. Merci A Tribe Called Quest, car avant ça, on ne le connaissait uniquement en tant que membre-fondateur des Leaders of the New School, le groupe mythique de Long Island qu’il formait avec Charlie Brown, Cut Monitor Milo & Dinco D. BOOM Baby !

BONUS #11 Dieu sur “I’Am A God”

Artistes : Kanye West Feat. God

Année : 2013

Album : Yeezus

Parce que quand on ramène Dieu sur son morceau, même quand on s’appelle Yeezus, faut pas s’étonner de se faire foudroyer.

Bien entendu, cette liste est non-exhaustive, et, à fortiori, loin d’être complète. Libre donc à vous de suggérer à votre tour les morceaux que vous estimez comme les meilleurs featurings.