Depuis quelques années maintenant et un retour au sommet avec Life is Good, Nasir Jones a réussi à se montrer très productif. Créant son propre label, et s’impliquant dans de nombreux projets, Nas ne cesse de démontrer son amour pour le Hip-Hop envers des actions pas toujours médiatisées, mais essentielles pour la culture.

Au moment où nous écrivons cet article, cela fait plus de quatre ans que Nasir Jones n’a pas sorti d’album. Le temps peut sembler long, mais en faisant marcher notre bonne foi, nous avons trouvé plusieurs excuses pour la défense du MC. Lancé dans une nouvelle carrière plus orientée producteur et homme d’affaire, Nas n’a cessé de s’impliquer dans des activités diverses après son 11 ème album Life is Good. Voyons tout cela de plus près.

A lire aussi: Life is Good, un album rafraîchissant pour un Nas réinventé

Un rappeur en avance

Bien avant que ce soit la mode, Nas a été le premier rappeur à avoir un compte certifié sur RapGenius (aujourd’hui Genius). Le 15 mars 2012, il « inaugurait » cet événement en interview avec le co-fondateur du site, Ilan Zechory. « Esco » a ainsi déclaré pour justifier son action:

« RapGenius parle des lyrics du Hip-Hop, les détails, les significations, la poésie… 80 millions de personnes cherchent des lyrics quotidiennement, ça prouve que le Hip-Hop est LE truc. »

Suite à cela, le MC annotait ses chansons, mais aussi les chansons de ses pairs. Un geste pionnier, puisqu’aujourd’hui, tous les rappeurs lui ont emboîtés le pas

Mass Appeal

Mai 2014, nous apprenons que Nas fonde son propre label indépendant Mass Appeal Records avec Peter Bittenbender. Le co-créateur signera dans la foulée Run The Jewels, Fashawn, Bishop Nehru et Boldy James. Suivrons Dave East, Mannie Fresh, et DJ Shadow. Ici, pas de super-stars, mais de l’Underground à l’état pur. Nasir achètera également les droits des derniers albums de Pimp C et de J Dilla pour les sortir à titre posthume. En 2015 sortira donc Long Live the Pimp, et en début d’année 2016, The Diary. De quoi perpétuer les légendes des deux artistes disparus.

Pour le moment, la grande réussite du label est le groupe Run The Jewels. Le duo composé de Killer Mike et El-P a pu dévoiler son second opus Run The Jewels 2 en 2014, et a connu une notoriété croissante, qualité oblige (qui sera considéré par de nombreux médias comme étant le meilleur album de 2014), mais aussi grâce aux engagements politiques de Killer Mike. Ce dernier a multiplié les plateaux TV en 2015 et 2016 pour des débats passionnés. Il a ainsi soutenu Bernie Sanders haut et fort jusqu’au dernier moment.

Mais avant d’être un label, Mass Appeal est un magazine. Un magazine créé en 1996 qui traite de la culture Hip-Hop dans ses plus profonds aspects : Rap, Graffiti, Mode, découverte de nouvelles pépites, tout y est. Plus largement, le média se veut parfois plus large et les jeux vidéos, les voitures et la pop culture sont également présents dans la ligne éditoriale. Problème, le magazine connait un coup de mou et suspend ses publications à partir de 2008. Il faudra attendre 2013 pour voir Mass Appeal réapparaître dans les Kiosques. En effet, le périodique sera repris par un nouveau groupe d’investisseurs, dont Nas fait partie. Decon, une entreprise touche à tout dans le domaine musical, et White Owl Capital Partners, un groupe spécialisé dans le management de firme, feront également partie du deal.

Kendrick-Lamar-Mass-Appeal-Issue-56-Cover-Photo

Toujours en 2013, Mass Appeal crée un partenariat avec CNN Films, pour produire Fresh Dressed, un documentaire où Nas, Pharrell Williams, Kanye West, Swizz Beatz et bien d’autres reviendront sur l’histoire de la mode dans le Hip-Hop.

De plus, Mass Appeal a produit de nombreuses séries digitales: WATCHxWITNESSune série où Jason Goldwatch & 13thWitness se rendent dans des coins de l’Amérique profonde pour photographier ou tagger. On The Grind, qui part à la rencontre des Skatteurs, ou encore notre préférée, Rhythm Roulette, qui défie les plus prestigieux producteurs à faire un beat spontanément grâce à des vinyles achetés les yeux fermés.

« The World is Yours »

Mais Nas ne pense pas qu’à l’occident et voit bien au-delà. Toujours porté par son amour pour le Hip-Hop, Nasir a co-produit Shake The Dust, un documentaire réalisé par Adam Sjöberg, qui montre l’importance du Break-Dance dans les quartiers les plus pauvres du monde. Dévoilé en avril 2015, ce film de quatre-vingt-dix minutes nous plonge dans le quotidien de b-boys vivants dans des bidonvilles démunis de Colombie, du Cambodge, d’Ouganda ou du Yemen, et qui trouvent un exutoire à travers le Break-Dance.

Ce documentaire est là pour donner une véritable note d’espoir et pour montrer que le Hip-Hop est désormais une langue universelle qui ne connait plus de frontière.

Un homme d’affaire avisé

Au-delà de ses actions pour développer sans cesse le mouvement Hip-Hop, l’artiste est depuis peu un homme d’affaire redoutable, sur tous les bons coups.

Après des problèmes fiscaux en 2009, Nas a su se ressaisir, et a su bonifier plus que jamais son patrimoine. En 2013 et quelques mois après son deal avec Mass Appeal, Nasir a ouvert un magasin de Sneakers à Las Vegas. Une ouverture facilitée grâce à un partenariat signé avec Fila en 2008, qui fait de lui le porte parole de la marque. Une aventure dans la mode qu’il poursuivra en 2015, en créant sa propre marque de vêtements HSTRYUne marque avec laquelle il crée des partenariats originaux, en démontre son association avec SOS Fantôme pour la collection printemps 2016.

Fin 2013, le MC investissait dans une Start-Up californienne nommée Proven, qui aide les utilisateurs à trouver un travail grâce à une application sur Smartphone. Début 2014, il investit à nouveau 2,8 millions de dollars dans la Start-Up ViralGains, qui procure à des annonceurs des vidéos publicitaires.

Nasir est aussi un ambassadeur dévoué à Hennessy, la prestigieuse marque de Cognac. Preuve avec cette vidéo, qui nous emmène à Cognac en Charente, où Nas a pu découvrir comment était confectionné le précieux alcool.

Pour finir, en 2015, Nas s’est joint à Sweet Chick pour un défi de taille : celui d’implanter cette toute jeune entreprise dans tout le pays, elle qui pour l’instant ne propose que deux restaurants à New York.

Nas en compagnie de John Seymour; cp-fondateur de Sweet Chick

Nas en compagnie de John Seymour, co-fondateur de Sweet Chick

Un Mentor

2013 sera décidément une année prolifique pour Nasir. En juillet, Harvard a honoré le rappeur en créant le Nasir Jones Hip-Hop Fellowship à l’université. Cette bourse créée par Hip-Hop Archives et l’institut W.E.B Du Bois, a pour but de financer des chercheurs et des artistes jouissant d’un potentiel créatif dans les arts en rapports avec le Hip-Hop.

L’année suivante en 2014, Nas s’est associé à General Assembly pour amener de la diversité dans le monde technologique. Ainsi, lui et la firme ont créé un financement pour donner une bourse à des femmes, des vétérans, des Afro-Américains et des Latinos.

Le mois suivant, le rappeur a conçu un autre programme avec Koru, une Start-Up qui aide les jeunes diplômés à trouver un travail, en les mettant en relation avec des employeurs. Le programme a permis à 10 élèves d’être financés, et d’intégrer la formation que proposait Koru.

The Land & The Get Down

Le 29 juillet dernier, sortait The Land sur les grands écrans américains. A travers ce long métrage, nous suivons un jeune skateur de Cleveland voulant devenir pro. Malheureusement, le garçon va tomber dans le jeu de la drogue, s’en suivra de tumultueuses aventures.

Pour accompagner ce film, Nas a concocté une Soundtrack 5 étoiles, sortie sous Mass Appeal bien évidemment. Kanye West, Pusha T, Erykah Badu, Machine Gun Kelly, Jeremih, French Montana, Nosaj Thing, et Ezzy sont ainsi présents sur l’opus. Une Bande Originale qui a le mérite de mettre à l’honneur le Hip-Hop et des jeunes MC’s.

Mais s’il y a bien une chose qui met le Hip-Hop en avant dernièrement, c’est bien The Get Down. A travers une bande d’adolescents du Bronx qui ne vivent que pour la musique et qui veulent s’en sortir grâce à elle, nous assistons dans cette série à la naissance du Hip-Hop.

Nas a été très impliqué, puisqu’en plus d’en être le producteur exécutif de la série, le réalisateur Baz Luhrmann a fait appel à ses services pour lui demander des conseils, et écrire tous les textes du héros Ezequiel. Grâce à sa connaissance parfaite du sujet et sa plume léchée, Nasty Nas a apporté à la série de la crédibilité et des textes de qualités. Mais est-ce réellement une surprise quand on sait qu’il est probablement le plus grand storyteller de tous les temps ?

Et maintenant ?

Nas a donc été très productif dans plusieurs domaines. De la musique au monde cinématographique en passant par la restauration, la mode et les programmes sociaux. « Escobar » a su étendre son empire et devenir un homme d’affaire rigoureux et important. Utilisant sa notoriété pour mettre le Hip-Hop en avant ou en créant des actions sociales, l’artiste a multiplié les démarches, laissant parfois sa propre carrière musicale de côté.

Mais il serait temps de revenir à ce qu’il sait faire de mieux, à savoir rapper. Bonne nouvelle, son album est terminé, et devrait sortir dans les mois à venir. Pour patienter, vous pouvez toujours écouter le morceau « Nas Album Done » , présent sur l’album de DJ Khaled, et vous dire que le douzième album studio du légendaire MC du Queens n’est plus très loin.