Diiix dévoile aujourd’hui son premier EP solo percutant et à la hauteur des espérances, Tigris.

Comme souvent, médiatisé et ventes ne riment pas forcément avec talent. Puis, de toute manière, il faut bien commencer quelque part me diriez-vous. Pour ce qui est de Diiix, force est de constater que l’artiste a décidé de sortir l’artillerie lourde dès sa première bataille. Tigris, son premier projet solo à la cover pop-art et lumineuse laisse entrevoir huit tracks prometteurs et polyvalents. Derrière “Blackout” et “Rambouillet”, les deux singles clippés, se cachent un univers cohérent rondement bien dessiné. Une écriture simple mais efficace, un flow doucement autotuné à la limite entre le club et le mélodieux. Bref, un E.P. complet.

L’étalon sur qui miser ?

Le gros point fort de l’opus se trouve néanmoins dans une production très aboutie. Mention spéciale à l’incroyable “John Wayne“, peut-être le meilleur track de l’EP, avec une couleur froide, presque inquiétante, qui colle parfaitement au personnage. Le clip de “Rambouillet” s’était déjà révéler redoutable en la matière. Au risque de se brûler les ailes, on osera la comparaison plutôt flatteuse à un Damso penché du côté club et aérien. Une valeur sûre pour les prochaines années si la progression ne s’enraye pas. Tigris est excellent, l’artiste est prometteur et son dernier clip “Une Issue“, dévoilé le jour de la sortie du projet est prodigieux.

Vous pouvez écouter Tigris sur toutes les plateformes de streaming.