Kemmler, artiste originaire de Marseille, prépare le terrain pour son premier solo. Et histoire de nous mettre l’eau à la bouche, découvrez le premier extrait intitulé “10 du Bayern”.

Kemmler : si vous ne le connaissez pas encore, retenez bien ce nom, car il pourrait bien vite devenir une prochaine tête d’affiche du rap hexagonal. Après vous avoir fait découvrir son dernier clip “10 du Bayern” en exclusivité, le single est désormais disponible sur toutes les plateformes dédiées. Mais avant d’aller plus loin, braquons les projecteurs sur son parcours.

La genèse d’un artiste

Natif de la cité phocéenne, Kemmler est loin d’en être à son coup d’essai en terme de rap. Voilà en effet 13 ans déjà qu’il façonne son univers musical. Il commence en 2004 en s’illustrant au travers de nombreux ateliers d’écriture alors qu’il est encore au collège. Son coup de cœur pour les mots et la musique s’impose donc tout naturellement. Par la suite, il s’associe avec un MC du nom de Verbal pour lancer définitivement la machine. Porté par de nombreux clips et un premier EP gratuit intitulé symboliquement, Éprouvante Passion, c’est bien un morceau en particulier qui va tout changer.

Du silence au buzz éclair

Il y a une étape dans la vie de Kemmler qui a tout bouleversé. “C’est l’heure”, un premier single au titre prophétique pour le rappeur. C’est en effet ce morceau produit par le beatmaker Tolek qui lancera sérieusement sa carrière. Balancé spontanément sur la toile, le succès est immédiat et inattendu : au cumul, c’est plus de 600 000 vues et un talent qui éclate aux yeux de tous. “On ne s’y attendait vraiment pas, confie l’artiste. Presque personne ne nous a suivi pendant dix ans et tout s’est accéléré. À l’origine, on était juste des potes avec un travail à côté”.

Le grand public découvre ainsi l’énorme potentiel de l’artiste. Fort d’une plume acérée, d’un flow chirurgical et de textes à la fois éloquents et émotifs, ses qualités sont nombreuses. De plus, le clip livré avec le morceau se démaque par une étonnante simplicité visuelle. Un résultat qui s’emboîte parfaitement avec ses textes à la fois forts, percutants et complexes.

Le grand saut en solo

Boosté par sa nouvelle exposition médiatique et par une volonté de faire passer son art au niveau supérieur, Kemmler décide enfin de se lancer en solo. “J’avais énormément de truc à dire, des choses bien plus personnelles qu’avant. En cela, je me suis dit qu’il serait intéressant de proposer un projet qui collait uniquement à mon identité”. Enfermé en studio avec son équipe pendant un an et demi, le marseillais travaille donc d’arrache-pied à l’élaboration de son opus. Ce n’est qu’après avoir enregistré 150 sons que les contours se dessinent : le premier morceau retenu sera donc le fameux “10 du Bayern”.

“10 du Bayern”, un premier extrait avant l’album

Ne vous fiez pas à la référence footballistique dans le titre du morceau : Kemmler n’est pas venu pour parler de ballon rond, mais bien pour explorer ses émotions. Sur une production enivrante, l’homme montre en effet son désintérêt et son mutisme face aux relations amoureuses ou simplement physiques. En début de vidéo, on le voit passer un moment intime avec sa dulcinée, avant que la réalité de ses sentiments inexistants ne finisse par le rattraper. Par un lien de cause à effet logique, la relation se dégrade et la demoiselle choisit purement et simplement par s’en aller, sans que le rappeur ne tente quoi que ce soit pour la rattraper. Sur la forme, Kemmler prouve avec “10 du Bayern” qu’il ne fait plus du rap uniquement pour le plaisir du kickage et de la punchline, mais qu’il est non-seulement capable de transmettre des messages forts.

Sortie prévue pour…

Concernant son futur projet, son auteur a livré quelques détails avant une sortie prévue pour 2018.

Dans cet album, j’essaye de raconter ma vie en musique pour que le public puisse s’y identifier. L’album parle beaucoup de meufs, de musique et de foot parce que c’est ce que j’aime et ce qui m’inspire dans ma vie. C’est aussi pour ça qu’on a choisi “10 du Bayern” comme premier extrait, c’est un condensé de ce qui me correspond”.

Kemmler a également fait part de sa minutie concernant le choix des productions pour son premier opus :

Musicalement, on a travaillé avec énormément de gros beatmakers éléctro. On s’est amusé à proposer des mélanges ultra-chiadés. Pour moi, avoir des bonnes instrus, c’est le plus important pour qu’un projet rap soit cohérent. Il faut que la composition colle parfaitement avec ma voix et mes punchlines, sinon, ça ne fonctionne pas.

Le souci du détail que l’on retrouve dans ce premier single laisse donc présager un ensemble de haute qualité. Lui qui a déjà un pied dans l’industrie du rap, cet album s’il tient ses promesses pourrait bien être le ticket qui lui permettrait de ne plus en sortir.

Le morceau “10 du Bayern” est également à découvrir sur Spotify ci-dessous.