Actualités

Madame rap, le premier média rap dédié aux femmes

Publié

le

Madame Rap

Eloïse Bouton, fondatrice de ce média, espère élargir le hip hop à de nouveaux horizons avec son initiative innovante. Présentation.

Cela fait maintenant trois ans que Madame Rap existe. Fondé par Éloïse Bouton, autrice, militante féministe et journaliste indépendante, ce média possède de grandes ambitions et espère se développer dans les mois à venir. C’est d’ailleurs pour cela qu’il a lancé récemment une campagne afin de réunir 5000 euros. 4000 euros pour refondre entièrement le site internet, 1000 euros pour la rémunération des artistes et les différents prestataires.

1200 rappeuses du monde entier sont recensées sur le site, pour 100 interviews d’artistes internationales et de figures de la scène hip hop. Madame Rap a également pour objectif d’ouvrir le hip hop à un public plus vaste afin de combattre les préjugés. Pour se faire, le média compte renforcer les liens sociaux et faire entendre les voix des femmes et LGBT+ dans un monde parfois éloigné de ces dernières.

A bat les clichés contre le rap

Madame Rap se caractérise comme le “premier média en France dédié aux femmes dans le hip hop“. Eloïse Bouton veut aussi déconstruire les clichés. C’est ainsi qu’elle a récemment mis en ligne une compilation de 30 chansons populaires aux propos très crus. S’il on accuse souvent les rappeurs d’être violent, misogyne ou d’autres calomnies, la journaliste fait mentir les stéréotypes en ayant réunit des tubes des plus grands artistes de Rock, Pop ou Variété, afin de montrer que eux aussi pourraient subir des accusations.

“J’ai envie de violer des femmes, de les forcer à m’admirer” disait Michel Sardou dans “Les villes de grande solitude”. “Tellement de jeunes canons que j’aimerais choper, même si elles me mangent dans la main, il n’y a qu’une carotte et elles doivent toutes la partager”, Bruno Mars dans “Runaway baby”. Ou encore “Une légère envie de violence quand elle enlace ses bas, les voyeurs en redemandent moi je ne veux que Houna” chantait les BB Brunes.

Des propos parfois très cash mais que l’on ne réprimandent pas contrairement au rap. Vous pouvez vous faire votre propre avis juste ci-dessous.

Advertisement
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *