Actualités

OrelSan prend d’assaut les États-Unis avec une tournée exclusive

Publié

le

OrelSan prend d'assaut les États-Unis avec une tournée exclusive
Crédit photo : Orelsan Instagram

Après le Japon ou encore l’Espagne, l’auteur de La fête est finie a annoncé une tournée de l’autre côté de l’Atlantique. 

En 2012, le rappeur La Fouine déclarait après un concert donné à Miami: « se produire aux Etats-Unis, c’est franchir un palier ». Le challenge est excitant. Se faire valider par le public du pays originaire du Hip-Hop est une marche importante dans une carrière. Attention, les salles sont généralement remplies de français expatriés ou en vacances au pays de l’oncle Sam. Difficile de se faire un nom au sein d’une industrie qui sort un rappeur par jour, mais il s’agit de poser un pied sur le sol de la terre sainte du rap.

>> A lire aussi : Vidéo : Quand Nekfeu rejoint Orelsan sur la scène de l’AccorHotel Arena

Après Tintin en Amérique, un autre personnage important de la culture francophone s’exporte aux States. L’artiste francophone de l’année 2017, OrelSan vient en effet d’annoncer quatre dates en septembre aux Etats-Unis, il s’arrêtera avant au Canada pour trois concerts. Il se produira à Boston (24 septembre), à New York (25 septembre), à San Francisco (28 septembre) et à Los Angeles (29 septembre). Récemment, MHD ou encore le groupe légendaire IAM se sont prêtés au jeu d’une tournée chez Donald Trump.

>> A lire aussi : En écoute : Orelsan dévoile “Adieu les filles”, une nouvelle version de “Bonne Meuf”

OrelSan sort d’une série de concerts triomphale partout en France. Il ne se reposera pas avant de voyager de l’autre côté de l’Atlantique puisqu’il enchaînera à partir du 20 avril au 16 août plus d’une vingtaine de participation à des festivals. Impossible de louper Aurélien Cotentin sur scène en 2018 sauf si vous habitez sur Mars, et après la claque reçue lors de son concert à l’Accor Hotel Arena nous ne pouvons que nous en réjouir. Le défi pour OrelSan sera de séduire les publics américains et canadiens, et pas seulement les français partis vivre le rêve américain.