Vox a réalisé un mini-documentaire dans lequel il est possible de témoigner de la folie que possèdent les plus grands MC quand il est question d’assembler les mots ensemble. De quoi être scotché par ces génies de l’écriture.

L’art de la rime a toujours occupé une place importante dans le monde du rap. Des pionniers du Hip-Hop aux rookies d’aujourd’hui en passant par les légendes qui ont marqué cette culture, la technique a toujours été un important critère pour la légitimité de chacun.

Vox s’est penché sur cet aspect du rap, en décortiquant les rimes de plusieurs têtes d’affiche de cette discipline. Grâce à l’aide de Open Mike Eagle et un gros travail de recherche de Martin Connor, Estelle Caswell a réalisé un mini-documentaire qui démontre que la technique des rappeurs a radicalement évolué pour se complexifier au fil du temps.

D’un schéma classique AABB de Kurtis Blow sur “The Breaks” en 1980 à des schémas très complexes de Rakim, Biggie, Andre 3000, Mos Def, MF Doom ou d’Eminem, il est frappant de constater que chacun a sa propre approche pour impressionner. Si vous pensez que les rimes sont parfois jetées ou prononcées au hasard, vous remarquerez en visionnant la vidéo qu’il n’en est rien. Les MC les plus scientifiques s’arrangent pour placer les rimes en fonction du beat, ou alternent consonances, allitérations et holorimes de manière imprévisible. Des prouesses fascinante que seuls les artistes les plus maniaques peuvent réaliser.

Schéma de rimes classique de Kurtis Blow sur "The Breaks" en 1980

Schéma de rimes classique de Kurtis Blow sur “The Breaks” en 1980

Rakim complexifie l'art de la rime en faisant des rimes internes et multi-syllabiques sur "Eric B. is President" en 1986

Rakim complexifie l’art en faisant des rimes internes et multi-syllabiques sur “Eric B. is President” en 1986

The Notorious Big alterne les rimes courtes et longues sur "Hypnotize" en 1997

The Notorious Big alterne les rimes courtes et longues sur “Hypnotize” en 1997

Mos Def fait des rimes à quatre syllabes sur "Re;Definition" en 1998

Mos Def fait des rimes à quatre syllabes sur “Re:Definition” en 1998

Eminem réalise une prouesse impressionnante en 2002 avec "Lose Yourself", en créant un schéma de rimes très complexe tout en racontant une histoire

Eminem réalise une prouesse impressionnante en 2002 avec “Lose Yourself”, en créant un schéma de rimes très complexe tout en racontant une histoire

Kendrick Lamar perpétue la tradition des schémas complexes en alternant rimes courtes et longues sur "Rigamortus" en 2011

Kendrick Lamar perpétue la tradition des schémas complexes en alternant rimes courtes et longues sur “Rigamortus” en 2011

Regardez ce mini-documentaire saisissant, et écoutez la playlist Spotify qui propose des chansons aux schémas de rimes plus inventifs les uns que les autres.