Après l’EP Chimiq sorti l’an dernier, le duo Pumpkin & Vin’s da Cuero remet la note avec un nouvel EP intitulé Persona Non Gratis: leur credo ? Se battre contre la médiocrité et éveiller les consciences d’une société contemporaine écornée par de nombreux fléaux.

Avec Pumpkin & Vin’s da Cuero, la règle du «masculin l’emporte sur le féminin» qui fait couler tant d’encre en cette fin d’année n’existe pas. Ils sont même les deux pièces uniques d’un même puzzle. Voilà d’ailleurs plus d’une décennie qu’ils forgent ensemble leur double univers, et malgré les collaborations et projets qui se succèdent, le duo nantais ne cesse de se renouveler.

Photo : ©Lélie

Forcément, quand la force des mots d’une rappeuse à la plume aiguisée et au flow habile s’associe aux talents de compositions d’un fin producteur boom bap, l’alchimie fait des merveilles. C’est après avoir présenté leurs travaux de printemps avec leur premier album Peinture Fraîche sorti en 2015, que les artistes aux destins liés sont repartis de plus belle. Une nouvelle saga en trois parties qui s’ouvrait l’an dernier avec l’EP automnal Chimiq, un projet à la fois doux et piquant qui témoignait notamment de leurs atomes crochus. Un an plus tard, ce bel opus a désormais sa suite, Persona Non Gratis, qui lui-même prépare le terrain pour un album à paraître l’an prochain.

Pilule bleue ou pilule rouge ?

Avant d’entrer dans le vif du sujet, parlons forme : depuis leurs débuts respectifs, ils officient en toute indépendance grâce à leur structure Mentalow Music. Bravant main dans la main les aléas quotidiens du milieu indé, ces amoureux de rap boom bap ont fait le choix audacieux de proposer leur son sous sa forme la plus design et brut : le vinyle. Et puisqu’il s’agit d’un bel objet, ce n’est pas un, mais deux exemplaires de leur EP qu’ils proposent. Une première version illumine Pumpkin d’un filtre bleuté, tandis que sur la seconde, Vin’s da Cuero se voit assombri d’une lueur rouge ardente.

Une fois n’est pas coutume, Pumpkin & Vin’s da Cuero ont le sens de la formule.Tout comme son prédécesseur, Persona Non Gratis propose un ensemble harmonieux de six tracks (sans compter les versions acapella et instrumentales): trois originaux en face A, accompagnés de trois remixes concoctés par de proches collaborateurs en face B. Remixer, ou comment offrir une seconde interprétation aux joutes verbales de la rappeuse. Mais il est temps de dérouler leur plan de bataille qui s’articule autour de trois combats : les déplacements de populations, la question des discriminations liées au genre et le poids des mots.

“L’identité scrutée au microscope”

Lorsque nous la rencontrions pour la première fois pour la sortie de Chimiq il y a un an, Pumpkin exprimait sa lubie du moment, à savoir d’explorer la question épineuse du genre. Rien d’anodin alors à ce qu’elle ait choisi de lancer ce nouveau projet, non pas avec le titre éponyme, mais avec « Mauvais Genre ». Ici, ne vous fiez pas aux notes entraînantes du morceaux, ce dernier est en effet un coup de poing bien placé dans les idées reçues d’un monde gangrené par les inégalités des sexes.

Le ton est donné dès les premières mesures : Pumpkin appelle « au boycott des clichés sur le genre », qui fracturent notre société. Et puisque les mots sont la plus puissante des armes, elle démontre une nouvelle fois toute la richesse de son arsenal verbal. Pleine d’assurance et d’un flow parfaitement posé, la MC envoie des roustes à tout-va envers tous ceux qui véhiculent de tels stéréotypes, des hommes politiques jusqu’aux Français lambda, en passant par les principaux instigateurs de ces idées néfastes : la manif pour tous.

Persona Non Gratis, EP, à grands coups de Boom Bap, Pumpkin & Vin's da Cuero frappent là où ça fait mal

Photo © Bastien Burger

Et comme un soldat n’est rien sans ses alliés, le talent de Vin’s vient rajouter un high kick musical à l’ensemble, avec une production électro / boom bap du plus bel effet. Si l’exploitation des samples est toujours de mise ici, le morceau est sublimé par les orgues et les rhodes de Le Chat, sans oublier les notes de basse et de guitare signées Bastien Burger. Sur « Mauvais Genre », les sonorités se veulent bien plus contemporaines à l’égard de ce à quoi le beatmaker nous a habitués par le passé. Quoi qu’il en soit, le résultat fait mouche et promet de potentiellement toucher un plus large public avec un message toujours aussi nécessaire. La formule est d’ailleurs poussée à son paroxysme dans le remix concocté par Tayreeb, dont les sonorités Future Beat n’ont pas fini de vous enivrer.


Et quoi de mieux pour qu’un message fort pénètre que de l’illustrer ? En cela, Pumpkin & Vin’s da Cuero ont dégainé un clip en guise de coup de grâce. Un visuel combatif tourné dans l’ancienne prison de Nantes, leur ville de résidence. On y retrouve ainsi une artiste prête à en découdre, lunettes cassées, poings serrés et corps sali, comme pour témoigner que malgré les blessures et les batailles morales qui s’enchaînent, son engagement et sa détermination ne failliront jamais. Faire bouger les têtes en même temps que d’éveiller les consciences collectives, voilà la force incroyable dont fait preuve ce premier duo de titre.

« La croisière ne s’amuse pas, l’équipage est gangsta »

La première bataille a beau avoir été rondement menée, la guerre n’est pas gagnée pour autant. Pumpkin, qui a appris à maîtriser l’art de la critique sociétale acerbe au fil de sa discographie semble avec ce projet, vouloir franchir un nouveau cap. En effet, en plus d’être très revendicatif, Persona Non Gratis EP se veut aussi politique. A l’image du morceau éponyme et introductif qui traite cette fois du problème des réfugiés et de leur droit d’asile. Encore une fois, le message global tient en une phrase : « persona non grata, persona non gratis ». L’artiste dénonce ainsi par ce néologisme inspiré d’une célèbre citation latine, l’hostilité de certains de ses contemporains face à l’accueil des réfugiés de guerre. Une prise de position assumée dans un débat houleux qui, plus d’un an après le démantèlement de la jungle de Calais, fait toujours rage en France.

Musicalement, le boom bap de Vin’s da Cuero se veut toujours aussi inspiré, riche de samples et de phases de scratch soigneusement sélectionnés. (Nas & Erykah Badu pour ne citer qu’eux) De quoi offrir une instrumentale habillant parfaitement l’ambiance sombre et glaciale du morceau. A l’écoute, c’est effectivement le sentiment d’être piégé au milieu des flots qui nous envahit, comme si nous devenions, casques sur les oreilles, spectateur du périple périlleux des migrants. Une sensation renforcée par le brillant remix en face B signé Yann Kornowicz.

« Nager le scroll, dire ta gueule de bon cœur »

Suivez Pumpkin & Vin’s da Cuero sur les réseaux sociaux et vous constaterez que le duo n’est pas en reste en terme d’activité 2.0. Mais forcément, lorsque l’on est adepte de la pratique, on remarque vite que la parole se libère, et bien souvent à tort et à travers. Une attitude qui horripile la MC qui, une fois de plus n’a pas sa langue dans la poche. Tout en poésie, elle s’emploie donc sur “Mississippi”, le troisième et dernier titre de l’EP, à remettre tout ce beau monde à sa place, sous une nouvelle boucle boom bap Da Cuero « seal of quality ». Une instrumentale efficace que Chief, appelé pour le remix, a recomposé à sa sauce.

Coutumière d’un flow posé et léché, Pumpkin surprend au terme de cette ultime piste, à hausser le ton. Comme si toutes ses frustrations accumulées face aux mauvais comportements banalisés et aux nombreux problèmes du monde ne demandaient qu’à exploser. De quoi annoncer la couleur de l’ultime volet de leur saga, un LP à paraître pour 2018.

Listen and rewind…

Mais avant de découvrir la substance de cet album, savourons cet EP qui, aussi bien musicalement que lyricalement, apparaît sans l’ombre d’un doute comme leur projet le plus abouti. Mais attention, le travail du binôme nantais n’est pas fait pour être entendu passivement, mais bien pour être écouté minutieusement. C’est un fait, il vous faudra deux oreilles attentives et rembobiner plusieurs fois l’opus pour réussir à en déceler toutes les subtilités cachées, qu’il s’agisse des doubles sens implicites et des rimes de la rappeuse, ou de l’infinité des samples utilisée par le beatmaker. Alors oui, la musique et la poésie ne sont peut-être pas encore capables de changer profondément les hommes, mais Pumpkin & Vin’s da Cuero ont au moins le mérite de tout faire pour.

Persona Non Gratis EP est en écoute intégrale ci-dessous.

Vous pouvez également acheter Persona Non Gratis EP sur le site de Mentalow Music.

Crédit photo Une : © Bastien Burger